Select Menu

sponsor

sponsor
Select Menu

Favourite

Notre école

Mon Villiers-le-Bel

Elèves

Paroles d'habitants

Léon Blum

Redécouvrir l'école

Nous sommes allées à la rencontre de Jean-Louis Marsac, maire de Villiers-le-Bel. Après avoir réagi à notre vidéo-trottoir que nous avions fait dans les rues de la ville, il s'est prêté au jeu des questions réponses.

La réaction du maire au micro trottoir

Jeunesse, propreté, emploi, discrimination, rénovation urbaine : les habitants de Villiers-le-Bel ont leurs avis sur la ville. Un vidéo-trottoir que nous avons montré au premier magistrat de la ville :




Mais au juste : "C'est quoi un maire ?". Une question pas si bête que ça en fait. Car au final, on ne sait pas vraiment son rôle. Si si on vous assure on a fait le test. Voyons voir ce qu'en fit Monsieur le maire. 




Depuis les émeutes des 2007, de l'avis de nombreux habitants, la ville reste stigmatisée et discriminée. Un avis que partage mais nuance le maire. 



Et logiquement, la question suivante ne pouvait être que la définition de la discrimination selon M. Marsac.




Villiers-le-Bel est depuis longtemps en pleine rénovation urbaine. Des travaux, des travaux et encore des travaux. Si le quartier des Carreaux vient d'achever sa mue, beaucoup reste à faire.

Pour le maire, la rénovation urbaine ne fait pas tout. Loin de là. Cela améliore le cadre de vie, mais les véritables leviers de changement restent l'emploi et l'éducation.




Alors au final, quelles sont les priorités de maire pour la ville ? Réponse : ci-dessous.




Merci à Monsieur le maire pour son accueil et pour sa disponibilité.

NB : Interviews et micro trottoir réalisés par Thiphany et Ines (la Boss).


Nous* sommes allées à la rencontre des habitants de Villiers-le-Bel pour leur demander leur ressenti par rapport à la ville et de se glisser dans la peau du maire.

Si, vue de l'extérieur, la ville peut avoir une mauvaise image suite aux émeutes de 2007, vue de l'intérieur il n'en est rien. 

Beaucoup aiment la ville, s'y sentent bien et en sécurité. Certains relèvent ses atouts et son potentiel, comme la présence du RER ou ses espaces verts. 

Les rénovations urbaines ont embelli la ville et ont, de l'avis de quelques habitants, contribué, avec notamment la disparition des tours, à améliorer le sentiment de sécurité. 

Certaines personnes ont refusé d'être filmées mais ont malgré tout accepter de répondre à nos questions.




Si vous étiez maire, que changeriez-vous dans la ville ? 



Quand on demande aux passants de se mettre à la place du maire pour proposer des améliorations dans la ville, les préoccupations majeures tournent autour de la jeunesse. 

IL a aussi été évoqué l'accélération des rénovations dans la ville et la question de la propreté de la ville (notamment autour de la gare).

*Vidéo-trottoir réalisés par Ines (la Boss) et Thifany.
Hélin, Nyphayi, Nutricya et Célia de l'équipe de reporter ont choisi d'interviewer M. Lory, professeur d'histoire géographie.

Avec beaucoup d'apriori et d'appréhensions au départ, mais pour une vraie découverte, au final, d'un enseignant humain, accessible et à la vocation intacte.

Quel genre d'élève étiez-vous ? Quel métier vouliez-vous faire comme métier quand vous étiez petit ? Être prof en Zone d'éducation prioritaire ?

Quelle est sa manière d'enseigner et de faire évoluer son enseignement ? Quel temps de préparation pour une heure de cours ou pour la correction des copies ?  Est ce qu'il se remet parfois en question en tant qu'enseignant ?

Autant de questions concoctées par l'équipe pour aider à découvrir l'école côté humain et côté prof. 

"Je pense que les élèves sont capables si on les pousse, estime M. Lory (...) Ici je me sens utile. Je sais comment on enseigne ailleurs (hors Zones d'Education Prioritaires, ndlr) mais ça n'est pas le même métier (...)".

Si M. Lory prend le temps de bien soigner ses corrections malgré le fait que tout le monde n'y prêtera pas attention, il reste convaincu "qu'il suffit que j'aide un élève et j'ai gagné."


"Les élèves de la classe de 6e5 - arts visuels - ont photographié chacun un objet personnel dans quatre contextes différents sur le trajet entre le collège et le château d'Ecouen, à l'occasion d'une sortie pédagogique.

Le trajet effectué à pied a été l'occasion d'être attentif au parcours en en faisant le support d'un récit potentiel à partir d'un objet vecteur d'identification.

Les trajets sont souvent des temps morts, alors qu'ils sont très riches en observations et sont porteurs du sens du déplacement.

Voici 3 des nombreux clichés que nous vous proposons ici. 


Pour ce cliqué, Reboani a choisi de mettre en scène une tour Eiffel pour nous offrir un beau cadre. La tour Eiffel qui, pour de nombreux élèves de la classe est là où commence Paris.(PS : Villiers-le-Bel est à 20 mn RER du centre de Paris).

Il est intéressant de noter que la majeure partie des élèves interrogés ont du mal à situer leur ville par rapport à Paris


Martial a décidé de mettre en scène son pass Navigo dans la brique cassée d'un mur. Il pose ainsi la question de la mobilité dans la ville. Avec la brique pour rappeler l'urbain.

Certains élèves du collège Léon Blum doivent prendre le bus pour se rendre à l'école. 


Avci a décidé de mettre son sac à l'honneur dans un paysage de campagne pourtant dans la ville. 

Un bel équilibre de couleurs et de cadrage. 

On voit derrière une des nombreuses lignes électriques alignées qui traversent de nombreuses communes du territoire.

En route vers le Musée national de la Renaissance.

Nous (la classe de 6e6) avions pour mission de repérer les hybrides et les sources de curiosité dans la ville. Et ben voilà :
Où se trouve Villiers-le-Bel par rapport à Paris ? 

Un rond au tableau pour signifier Paris, et les élèves de la classe qui "savent" (ou qui pensent savoir) viennent placer d'une croix Villiers-le-Bel par rapport à la capitale. 

Au final on s'aperçoit que notre ville se balade un peu partout autour et est même parfois considérée comme un simple quartier de Paris.

Jugez vous-même...





Bon maintenant on peut vous le dire, Villiers-le-Bel c'est ici (passer votre souris sur la carte).


La 6°6 du collège Léon Blum de Villiers-le-Bel est allée découvrir l'exposition de l'artiste contemporain Zaven Paré au Centre Des Arts (CDA) d'Enghien-les-Bains.